L’émerveillement, une émotion à cultiver

Une fois n’est pas coutume, sortons du travail et flânons un peu.

J’ai récemment passé quelques jours de vacances avec ma sœur en Floride. J’ai déjà eu l’occasion de visiter cet état (mon fils y est installé depuis 3 ans) et je lui avais vanté la beauté de plusieurs endroits.
 
Et quelle ne fut pas ma surprise quand, après qu’elle les eut elle aussi parcourus, elle m’a dit : « Je ne comprends pas ton émerveillement pour ces lieux. C’est pas mal mais ça ne mérite pas un tel enthousiasme ».
 
Cette remarque m’a amenée à me pencher sur ma capacité à apprécier la beauté des choses et effectivement, j’ai une forte propension à m’émerveiller.

Je suis d’un tempérament passionné et il est vrai que je m’enthousiasme pour les choses qui me plaisent. Je suis facilement émue par un paysage, un coucher de soleil, une chanson, un film, un livre… Et j’aime ressentir cette émotion forte dans ma tête et dans mon corps.

Dans mon métier de coach/consultante, j’ai souvent ce sentiment d’émerveillement.
 
Les idées géniales de produits ou services imaginés par mes clientes en création d’entreprise me surprennent souvent. La capacité d’imagination infinie de l’être humain est source de fascination pour moi.
 
Je suis aussi souvent touchée par les histoires de vies de mes clientes et ainsi émerveillée par leur résilience, leur courage, leur détermination.

L’émerveillement est une émotion puissante qui conduit à la gratitude.

Je dis souvent « merci » pour cette découverte, merci pour cette beauté, merci pour ce partage, merci pour ces échanges.
Merci à la vie de m’offrir l’accès à tout cela.
Vous avez pu constater que l’émerveillement pour moi ne se résume pas à la vue mais passe par tous les sens et peut aussi bien concerner un paysage qu’une idée.
 
 
Hélène Thomas (réenchanteuse de vie professionnelle)