Le DYI avec nos bambins c’est encore mieux

Faites-le vous-même !


DIY, ou « Do It Yourself », qu’est-ce que ça veut dire ? Pour celles qui ne comprennent pas la langue de Shakespeare, on pourrait traduire par « Faites-le vous-même » ou « Fait maison ».
Né aux Etats-Unis au début du XXème siècle, le DIY est un mouvement qui encourage à créer, réparer ou faire par soi-même de façon artisanale tout un tas de choses de manière écolo, naturelles la plupart du temps, en pratiquant la récup.
Avec l’arrivée d’internet, le web propose aujourd’hui nombre de blogs ou autres pages Facebook où vous trouverez des recettes, des tuyaux et astuces sur pratiquement tous les sujets. Aujourd’hui, je vous propose deux recettes naturelles et écologiques : une pour les enfants et une pour la maison.
C’est parti !

Parmi les activités éducatives indémodables que l’on propose à nos bambins, il en est une qui remporte un prix spécial et ce pour plusieurs raisons. Devinez…

Elle fait appel à plusieurs sens ; le toucher, l’odorat, la vue. Elle développe la motricité et stimule la créativité. Elle demande une coordination entre les yeux et les mains qui facilite les connexions neuronales. Elle peut se pratiquer seul ou en famille et elle permet d’associer les couleurs.
Enfin, elle concerne tous les âges, sans exception. Donc, elle peut réjouir les parents tout autant que les enfants.
Même les ados ne la boudent pas !
Alors… vous avez deviné ?

La pâte à modeler, plus qu’un jeu d’enfant

La pâte à modeler proposée dans le commerce n’est pas toujours très saine… Et d’ailleurs, la composition n’est bien souvent pas dévoilée par le fabriquant qui garde sa recette bien secrète… Il est bien sûr fortement déconseillé de l’ingérer… et certains enfants allergiques au gluten peuvent avoir des réactions indésirables. Je vous propose donc une recette 100 % naturelle et écologique à réaliser avec vos bambins ! Mon fils adore… Je me demande même ce qu’il préfère entre la préparation et le jeu en lui-même…

De quoi avons-nous besoin ?

– 1 tasse de farine de blé (ou farine sans gluten au besoin)

– ½ tasse de sel

– 1 tasse d’eau chaude

– 2 c.à c. de bicarbonate de soude

– 1 c.à c.d’huile végétale (colza, tournesol, olive, etc.)

– des colorants alimentaires naturels

– 1 casserole

– 1 cuillère en bois

– un ou plusieurs contenants vides (opaques et hermétiques)

Dans une casserole, versez la farine, le sel et le bicarbonate. Ajoutez l’eau et l’huile, tout en remuant. Faites chauffer à feu doux, jusqu’à épaississement. Dès que la pâte commence à se décoller, retirez la casserole du feu (sinon elle sèche). Attendez que la pâte refroidisse, puis pétrissez-la. Voilà, c’est prêt !

Pour la couleur, direction la cuisine !

La nature nous offre toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, et plus encore ! C’est très simple : (la liste n’est pas exhaustive)

– Pour le Jaune : curcuma (attention, ça tâche les doigts!) ou curry (le curcuma aura moins d’odeur…)
– Pour le Marron : cacao en poudre ou chicorée (je préfère le cacao)
– Pour le Rouge : paprika rouge
– Pour le Vert : thé matcha, spiruline ou feuilles de menthe écrasées
– Pour le Orange : jus de carotte ou safran
– Pour le Rose : jus de betterave ou de fruits rouges
– Pour le Bleu : Pois papillon, commercialisés en pétales séchés pour les tisanes « pea flower tea » ou des feuilles d’indigotier qui pousse ici dans mes contrées exotiques
– Pour le Violet : jus de chou rouge
Attention, pour ajouter la couleur à vos pâtons, il est nécessaire au préalable de mélanger votre colorant à une dose équivalente d’huile végétale. Je vous conseille également de conserver vos petits pots de pâte à modeler au frigo, dans des récipents hermétiques comme des pots en verre, recyclés bien sûr. Si votre pâte est trop sèche, mouillez un peu vos doigts et pétrissez-la de nouveau. Si elle devient collante, ajoutez-y un peu de farine et pétrissez encore. C’est une matière vivante, donc, elle évolue… elle bouge et elle peut aussi finir sa vie, devinez où… Au compost !
Et oui Mesdames, rien n’échappe au Maître Composteur 😉 Pensez à l’émietter en petits morceaux au moins pour éviter un agglomérat dans le compost…

Compostable, zéro déchets, naturelle, économique, comestible… Si vous n’êtes pas conquise, je rends mon tablier…

Et pour la maison ?

Les lessives industrielles, on le sait, sont fabriquées avec des substances chimiques nocives pour la santé et pour la nature. Quand on sait que tout finit dans les océans… Nous sommes de plus en plus nombreuses à en avoir conscience et à décider d’agir au quotidien pour limiter notre impact sur l’environnement.

Fabriquer sa lessive écologique est également économique et simple à réaliser. Je partage avec vous ma recette. Je vous garantis un résultat impeccable.

Pour 1 litre de lessive…

– 50g de savon de Marseille (râpez le si il n’est pas déjà en copeaux). Attention, le savon de Marseille blanc est généralement à base d’huile de palme (je vous rappelle le désastre des plantations de palmiers à huile dans les forêts d’Indonésie).

Le savon de Marseille vert est à base d’huile d’olive. Préférez un savon de Marseille composé au minimum de 72% d’huile végétale, sans colorant, sans parfum, sans glycérine (car risque de figer la lessive) et sans conservateur.
Regardez bien la composition…

Réutilisez le flacon de votre lessive habituelle au lieu de le jeter à la poubelle


– 1 cuillère à soupe de bicarbonate de soude.

– 1 Litre d’eau

– 10 gouttes d’huile essentielle (facultatif).

L’huile essentielle sert à parfumer votre linge car le savon de Marseille ne donne aucune odeur. Vous pouvez utiliser l’huile essentielle d’eucalyptus, de lavande, de tea-tree (l’arbre à thé) ou d’agrumes, selon vos préférences.

Moi je change à chaque fois.

Faire chauffer le litre d’eau et ajouter les copeaux de savonde Marseille. Mélangez doucement jusqu’à la totale dissolution des copeaux (ou du savon râpé) dans l’eau Laissez tiédir et ajoutez la cuillère à soupe de bicarbonate de soude et les gouttes d’huile essentielle. Laissez refroidir une quinzaine de minutes avant de verser le tout dans un bidon de lessive ou un contenant en verre.

Astuce

Pour éviter que la lessive ne devienne compacte, mixez la avant de la verser dans le contenant. Si quelques heures après la fabrication la lessive a « figé », il faut la secouer énergiquement. La consistance doit se tenir sans être solide. La lessive sera ensuite à mettre directement dans le tambour en quantité normale.

Amusez-vous Mesdames ! Et à bientôt, pour la rubrique écolo…

Laisser un commentaire