A quoi s’attendre en quittant le salariat pour l’entrepreneuriat

Nous sommes de plus en plus nombreux à cultiver le désir secret (ou affirmé) de quitter notre emploi salarié pour vivre de nos passions.

Créer une entreprise est très simple de nos jours. Le statut de micro-entrepreneur peut s’obtenir en 15 minutes en ligne. Et vous voilà officiellement propulsé chef d’entreprise.
Toutefois, ce n’est pas parce que c’est simple que c’est facile.

Vous voulez devenir votre propre patron et quitter ce job salarié qui vous étouffe ?
Ne rédigez pas votre lettre de démission tout de suite !

Laissez-moi vous donner un aperçu de ce qui peut vous attendre de l’autre côté du miroir de l’entrepreneuriat.

Vous avez la main sur votre planning, mais n’avez pas du temps pour tout.

C’est une des grandes raisons pour lesquelles l’entrepreneuriat fait rêver : être libre de ses horaires, aménager son planning à sa guise pour que vie professionnelle et personnelle s’harmonisent.
Ceci dit soyez consciente qu’entreprendre ça prend du temps et qu’au final, il ne vous en reste pas pour tout et n’importe quoi !

Le cliché de la femme entrepreneure aujourd’hui ? Elle se lève, fraîche comme une rose à 5 h 00, et entame sa routine matinale lecture, écriture, yoga et jus de légumes pressé.
Elle vit une journée épanouissante et vibrante. Elle aménage son planning à sa guise et peut passer du temps avec ses proches et s’octroyer des pauses quand bon lui semble, elle a même retrouvé le temps de faire du sport.
Elle va se coucher chaque soir le cœur léger, fière de ce qu’elle accomplit au quotidien.

Sauf que dans la réalité, la routine matinale est souvent balayée au bout  d’une semaine et demi pour gagner du temps de sommeil.
Vous entreprenez avec passion, vous avez la tête dans le guidon et les journées sont extrêmement courtes. Vous bûchez sans avoir l’impression d’avancer.
Le sport ? Pas le temps !
Et le marchand de sable tarde souvent à vous trouver, occupée que vous êtes à penser à tout ce qu’il vous reste à expérimenter pour développer votre business.

Vous êtes le patron, mais vous ne faites pas toujours ce que vous voulez !

Plus particulièrement, il ne faut pas croire qu’entreprendre c’est faire uniquement ce que l’on aime.

Vous adorez écrire et souhaitez vous lancer dans la rédaction ? Vous allez découvrir un domaine qui va faire sens pour vous, et c’est génial !
Mais ne croyez pas que vous allez passer vos journées à écrire, loin de là !

Si on décompose le temps passé à entreprendre, on se rend vite compte que les tâches liées au cœur de métier d’un indépendant représentent à la louche un tiers du temps passé à travailler.

Le reste ? C’est du développement : de la réflexion, de la planification, de la communication, de l’administratif aussi…

Cela veut donc dire que vous passez du temps à faire des choses que vous adorez certes, mais aussi à plancher sur des tâches qui vous laissent indifférentes au mieux, et qui vous hérissent le poil dans le pire des cas.

Les débuts sont difficiles financièrement.

Le salariat, c’est peut-être moins fun que l’entrepreneuriat sur le papier, mais une chose est certaine : avec un job salarié, vous êtes assurée d’avoir de l’argent qui rentre à la fin du mois.

Si vous avez dans l’idée d’entreprendre pour devenir riche, gardez quand même en tête qu’une entreprise peut prendre des mois (parfois des années !) à être rentable, à produire des bénéfices, et donc à faire vivre son créateur.

Développer son entreprise prend du temps. Communiquer et se faire connaître est long. Séduire des clients potentiels et les transformer en clients réels est un travail de longue haleine.

Beaucoup plus qu’on ne l’imagine !

Au démarrage, vous passerez de longues heures à bûcher, des semaines, des mois peut être, sans un seul retour d’investissement.
Et c’est frustrant !

Frustrant pour vous qui ne voyez pas les fruits de vos efforts, et pour votre entourage aussi, qui ne comprendra pas toujours pourquoi vous mettez tant d’ardeur, de sueur, de larmes parfois, dans un projet qui n’apporte rien sur votre compte en banque.

Vous devez maîtriser l’art de la patience.
Parce que chaque action que vous réaliserez n’aura pas forcément de retombées immédiates.
Se faire connaître dans les moteurs de recherche ?
Même avec la meilleure volonté du monde, ça prend des mois !

Ce n’est pas parce que vous proposez un produit ou un service à la vente qu’il va se vendre. Personne ne vous attend !

Pourquoi avoir peur de mettre votre site en ligne alors qu’il n’est pas tout à fait opérationnel ?
Soyez assurée que personne ne tombera dessus par hasard tant que vous n’aurez pas communiqué !
Et communiquer, vous allez apprendre à le faire !

Donner confiance, séduire, convaincre, sont autant de talents que vous allez devoir développer.
Et même tout ce processus marketing aura hélas peu de chance de vous faire connaître un succès franc et immédiat.

Là encore, c’est très frustrant.
Vous douterez. Vous aurez peut-être même envie de baisser les bras. Ne lâchez rien !
Chaque entrepreneur a commencé petit, avec une idée développée pour devenir un projet qui se concrétise.
La différence entre ceux qui réussissent et ceux qui abandonnent, c’est simplement la persévérance !

Chaque idée ne sera pas un succès, mais tant que vous continuez de rebondir et de proposer de nouvelles choses, vous restez sur le chemin de la réussite.

Vous vivez des moments de solitude.
Être seul aux commandes, c’est magique, c’est la liberté !
Mais c’est être seul avant tout.
Un chef d’entreprise, qu’il mène une équipe ou qu’il soit indépendant, est seul décisionnaire, seul responsable des succès comme des échecs.
Faites un mauvais choix, et vous ne pouvez vous en prendre qu’à vous-même !
Mais ça ne s’arrête pas à la sphère professionnelle : parfois, vous serez seule face à votre entourage.

Parce que quitter le salariat pour l’entrepreneuriat ne changera pas seulement votre vie, mais aussi celle de vos proches.

Ils ne comprendront pas qu’ils ne peuvent plus s’inviter chez vous à l’improviste alors que vous êtes bien là, à la maison.
Ils lèveront les yeux au ciel quand vous direz que vous devez travailler ce week-end.

Ils ne sauteront pas de joie quand vous aurez gagné votre premier commentaire sur votre blog, ou que votre idole partagera un de vos articles sur sa page Facebook.

Parce que tout çà pour eux ne représente rien, même si dans votre cœur, c’est le carnaval de Rio qui s’est mis en branle !
Et il n’y aura personne, si ce n’est d’autres entrepreneurs, pour comprendre votre joie.

Faut-il alors être fou pour quitter le salariat pour l’entrepreneuriat ?

Je suis une personne optimiste de nature, et mon but n’est pas de vous décourager de créer votre entreprise.
Mais soyons honnêtes : entreprendre, c’est quand même lâcher le filet de sécurité du salariat pour sauter les yeux fermés vers l’inconnu.

Mais alors pourquoi cet engouement pour l’entrepreneuriat ?

Pourquoi tant de personnes se lancent, expérimentent, échouent et persévèrent ? Pourquoi tant de monde s’impose ce tourbillon d’émotions constant ?
Tout simplement, parce qu’entreprendre, c’est briser les barrières !
C’est entrer dans un univers mystérieux et grisant mêlé de stratégie, de chance, d’opportunités à envisager, et de grandes décisions à prendre.

Le potentiel que vous découvrez chez vous et dans vos idées vous donne la force de surmonter les problèmes qui surviennent, avancer, trouver des solutions, toujours.

Entreprendre, c’est n’est pas toujours rose, mais c’est un incroyable outil d’épanouissement personnel auquel il est extrêmement difficile de renoncer une fois qu’on y a goûté.

Laisser un commentaire